Démarrer ou arrêter la musique

Le CODELIAPP écrit à RFF

Collectif de Coordination pour la Défense de la Ligne SNCF Agen-Périgueux-Paris

37, rue de Beauséjour 47500 MONSEMPRON LIBOS 

                                                                                 
Monsempron Libos le 28 décembre 2010

Monsieur Serge FRESQUET
Président du CODELIAPP
Tel : 09 63 45 94 56
Mail : serge-rene.fresquet@orange.fr
Monsieur le Président
Réseau Ferré de France
92, Avenue de France
75648 PARIS CEDEX 13

Objet : ligne n°632
Monsempron Libos-Fumel


Monsieur le Président,


Nous venons d'apprendre que votre conseil d'administration par décision du 25 novembre 2010 avait décidé la fermeture à tout trafic de la ligne Monsempron Libos à Fumel.

Nous nous étonnons fortement de cette démarche, alors que depuis le 8 avril 2008 nous avons travaillé, à la demande de Monsieur le maire de Fumel, à une commission extra-municipale sur le désenclavement ferroviaire du fumélois. Cette commission a remis son rapport, dont vos services régionaux ont été destinataires,  en février 2009. Ce rapport présentait 13 propositions dont 4 concernaient cette ligne. Nous vous les rappelons :

  • Proposition 3 : Proposer à Réseau Ferré de France une liste de zones à aménager le long des voies ferrées.
Comme vous le savez ces 2km600 de ligne ont été maintenus pour pouvoir conserver la facilité de réaliser du fret ferroviaire avec l'usine sidérurgique de Fumel. Tout le trafic se fait actuellement par camion et nous souhaitons dans le cadre d'une politique de rééquilibrage des transports, comme indiqué au Grenelle de l'environnement, qu'une part de ce trafic retourne au rail.
  • Proposition 4 :Relancer le dossier de réouverture de la ligne ferroviaire Fumel-Penne-Villeneuve auprès de l'Etat, de la Région Aquitaine, du Département, de la commune de Villeneuve-sur-Lot.
Vos services travaillent actuellement sur le dossier de réouverture de Villeneuve sur Lot - Penne d'Agenais pour une mise en service en 2014. Nous demandons à ce que la desserte de Fumel soit étudiée dans ce projet.
  • Proposition 5 : modifier le dossier de réouverture en positionnant la gare de Fumel au droit de la rue de la gare ( au plus près de la gare historique).
  • Proposition 13 : Etude de l'urbanisation des délaissés de la gare de Fumel, du port fluvial, avec la mise en service de la gare ferroviaire.
Ce rapport a été validé et signé par Monsieur le Maire de Fumel, Conseiller Général, Président de la Communauté de communes du fumélois-Lémance.

Nous ne pouvons donc pas nous satisfaire, Monsieur le Président, de voir d'un trait de plume supprimer 2k600 de ligne qui aurait pu permettre de préserver l'avenir. Vos services lors d'une rencontre à Agen le 21 mars 2008  nous demandaient de les aider à trouver des clients intéressés par le transport par fer. Nous leur avons adresser des clients potentiels. Mais aujourd'hui il apparaît que même RFF ne considère plus nos lignes comme vecteur de transport du fret ferroviaire (Périgueux-Agen, Monsempron Libos - Fumel).

Nous croyons pourtant, Monsieur le Président, à l'avenir du transport ferroviaire et ce dans l'intérêt général de nos populations. Nous ne pouvons accepter de voir fermer à tout trafic nos lignes ferroviaires. Nous sommes dans un région sinistrée qui a besoin pour survivre d'être désenclavée à la fois par la route mais aussi par le fer.

Demain quelle section de ligne allait vous supprimer ? Nous nous interrogeons...

Nous ne pouvons accepter une telle décision et nous vous demandons, avec le respect que nous vous devons, de reconsidérer cette décision de fermeture que nous trouvons trop injuste et de laisser libre au trafic la circulation des trains entre Monsempron Libos et Fumel.

Le 23 juillet 2010 nous avions demandé un rendez-vous avec vos services régionaux et nous n'avons toujours pas de réponse. Nous voulions évoquer trois dossiers sur lesquels nous portons toute notre attention à savoir :
  •                 le devenir de la ligne Limoges-Périgueux-Agen.
  •                 la réouverture de la ligne Villeneuve sur Lot-Penne d'Agenais-Fumel.
  •                 la future gare TGV d'Agen


Espérant que vous apporterez une écoute à notre demande et vous en remerciant par avance, veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations distinguées

Le Président du CODELIAPP                                                       
Serge FRESQUET

Réunion du 18 février 2013 à la région Aquitaine : projet de réouverture de la ligne Penne Villeneuve sur Lot


La Région nous a invités pour nous annoncer le report de la réouverture de l'axe Villeneuve / Penne.

Bernard UTHURRY, Vice Président chargé des Transports nous a présenté les cars  "Haute Qualité de Service" qui assureront la liaison Villeneuve /  Agen. Nous avons vivement dénoncé ce procédé, estimant que le projet de réouverture était tout à fait réalisable.

Ce même jour, il nous a été confirmé que le projet de réouverture Villeneuve / Penne / Agen serait réexaminé dans le cadre du projet GPSO [Grand Projet Sud Ouest].

On peut toujours espérer ...

En ce qui concerne la ligne LGV Bordeaux Toulouse, la position du CODELIAPP reste inchangée :

 
  • remise en état de la ligne historique 
  • pas de rupture de charge à la gare d'Agen (si construction de la ligne nouvelle)   
  • réouverture de Villeneuve Penne .

Le Grenelle de l'Environnement, voté par l'ensemble des élus, ne semble plus du tout d'actualité.

 

Comité consultatif du 1er octobre 2010 - CG Lot Et Garonne - contribution du CODELIAPP

Collectif de Coordination pour la Défense de la Ligne SNCF Agen-Périgueux-Paris
37, rue de Beauséjour 47500 MONSEMPRON LIBOS 
                                                                                 
Monsempron Libos le 13 octobre 2010

Monsieur Serge FRESQUET Président du CODELIAPP
Tel : 09 63 45 94 56 Mail : serge-rene.fresquet@orange.fr

                                                                                                à Monsieur Alain ROUSSET
                                                                                                Président du Conseil Régional d'Aquitaine
                                                                                                Hôtel de Région
                                                                                                14, rue François de Sourdis                                                                                                 
                                                                                                33077 BORDEAUX CEDEX

Objet : réouverture de la ligne ferroviaire
Penne d'Agenais-Villeneuve-sur-Lot


Monsieur le Président,

Lors de la réunion du comité consultatif du 1er octobre 2010, portant sur la réouverture de la ligne ferroviaire Penne d'Agenais - Villeneuve-sur-Lot, après avoir écouté l'analyse de l'étude produite par RFF et noté avec satisfaction que ce projet avait l'agrément de élus présents, nous avons abordé lors de notre prise de parole les points suivants et donné notre analyse sur le projet présenté. Nous avons indiqué que nous parlions au nom de notre association mais également au nom de Monsieur le maire de Fumel. Nous vous rappelons  ci-dessous les observations que nous avons apporté lors du débat.

Document 1 : Etude préliminaire de réouverture aux circulations TER de la ligne Villeneuve-sur-Lot - Penne d'Agenais :

a) Gare historique ou gare Lycées ?
Le CODELIAPP est favorable au choix de la gare historique. Les fumélois souhaitent accéder au cœur de ville et non sur une gare décentrée. De plus l'intermodalté peut s'organiser avec les transports en commun routier, les taxis, la voie verte, qui sont en place près de la gare historique.
L'option gare des lycées telle qu 'elle est présentée impose la démolition d'un gymnase et par voie de conséquence sa reconstruction. Ces opérations auraient dues être chiffrées pour permettre d'affiner les choix ce qui n'est pas le cas.

b) traitement des passages à niveau :
EGIS RAIL dans sa méthodologie s'appuie sur les recommandations du Secrétaire d'Etat au Transport Dominique BUSSEREAU, et en particulier la mesure n°20 : " Veiller, lors de l'instruction des Dossiers Préliminaires de Sécurité (DPS) à ce que les projets de création, mais aussi de " réouverture " de lignes, qui créent de nouveaux services -en général par reconstruction complète de l'Infrastructure- sur des sections peu ou plus fréquentées, ne conduisent pas à la création de fait de nouveaux passages à niveau (Etat, EPSF, RFF). Il ne s'agit en aucun cas d'une directive mais bien d'une recommandation.

c) Les PN identifiés :
La ligne Penne-Villeneuve a ses passages à niveau numérotés avec l'indice ter ce qui n'est pas porté dans le document d'étude. A nos yeux nous devons nous tenir à la mise en service des passages à niveau répertoriés par la SNCF et RFF à savoir :
  •                 PN 367 ( ligne Périgueux-Agen et Penne-Villeneuve)
  •                 PN 368ter de Croquelardit dur RD 661
  •                 PN 369ter sur voie communale
  •                 PN 370ter de La Grace sur RD 661
  •                 PN 371ter sur voie communale
  •                 PN 372ter sur voie communale
  •                 PN 375ter sur voie communale
  •                 PN 376ter sur voie communale (ancienne RN21)
Les autres passage à niveau sont des passages à niveau " sauvages " pour lesquels il semble qu'aucun accord n'a été donné par RFF et ne doivent dont pas être inclus dans le projet de réouverture (voir recommandations BUSSEREAU).

d) La remise en service des passages à niveau :
A notre avis nous sommes d'accord avec EGIS RAIL pour la suppression des passages à niveau 369ter, 371ter. Mais par contre nous demandons d'équiper les passages à niveau n° 368ter, 370ter, 372 ter, 375ter de signalisation automatique lumineuse. Nous vous faisons remarquer que la vitesse routière au droit des passages à niveau 368ter et 370ter est limitée à 70km/h et pourrait être portée à 50km/h car ces zones sont ou seront urbanisées (ville de Penne d'Agenais). Et pour ces deux derniers passages à niveau les équiper de radars comme l'envisageait la recommandation BUSSEREAU n°6 à savoir : " implanter dès la rentrée septembre 2008 et à titre expérimental deux nouveaux radars " franchissements de PN " de contrôle sanction automatisé. (Etat, RFF)

e) La suppression du PN 376ter par un pont rail :
Pour permettre d'atteindre la gare historique, qui a notre faveur, nous sommes favorable à la création d'un pont-rail sur l'ex RN 21.

Si les préconisations que nous proposons pouvaient être validés nous pourrions économiser près de 8 millions d'€, ce qui porterait le projet de réouverture jusqu'à la gare historique à 31 millions d'€, et le projet Lycée à 23 millions d'€ (auquel il faut rajouter la démolition et la reconstruction du gymnase).


Document 2 : Etude d'exploitation:

a) Trois scénarios sont proposés :
  •                 scénario 1 : création de trains supplémentaires Agen-Villeneuve
  •                 scénario 2 : création de trains supplémentaires Penne-Villeneuve et mise en place de coupes-accroches à Penne avec les trains de Agen-Périgueux-Monsempron.
  •                 Scénario 3 : desserte aux 30 minutes de Villeneuve en mixant les scénarios 1 et 2.

b) L'analyse de ces scénarios appellent des observations de la part du CODELIAPP :

1) L' étude est incomplète :
L'étude d'exploitation ne traite que les circulations Villeneuve-Agen et Agen-Villeneuve. Elle n'aborde pas les circulations Fumel - Monsempron Libos - Villeneuve et retour. L'objectif essentiel pour le fumélois est la mise en service d'un service de transport ferroviaire avec la Sous-Préfecture moderne, respectueux de l'environnement. Elle n'aborde pas non plus les circulations vers Périgueux et Limoges.

2) L'étude d'exploitation doit se faire en évaluant les besoins de circulation suivants :
  •                 trajets travail et scolaires (Villeneuve-Agen-Fumel)
  •                 trajets régionaux (Villeneuve-Bordeaux, Villeneuve-Toulouse, Villeneuve-Périgueux-Limoges)
  •                 trajets nationaux (accès à tous les TGV)
  •                 en tenant compte des besoins du fumélois

3) La modernisation de l'exploitation ne doit pas être seule supportée par le projet de réouverture :
La ligne Périgueux-Agen est gérée par le block manuel de voie unique. Ce mode d'exploitation avec des cantons longs Monsempron Libos-Penne et Penne-Agen n'autorise pas un grand nombre de circulation. (3 trains par heure pour les deux sens de circulation). Lors d'une rencontre le 21 mars 2008, le Chef de Service gestion du réseau ferré à RFFnous avait indiqué que RFF envisageait la mise en place sur Agen-Périgueux du BAPR (Block automatique à permissivité restreinte) avec une voie de croisement entre Le Buisson et Monsempron Libos vraisemblablement à Belvès.
Seul le scénario 2 peut fonctionner avec le block existant. Les scénarios 2 et 3 demandent la mise en place du BAPRS et des voies d'évitement à Laroque et Pont du Casse. Le coût afférent de 10 à 13 millions d'€ est supporté par le projet de réouverture Villeneuve-Penne.

Le CODELIAPP serait favorable à un démarrage de l'exploitation Villeneuve-Agen et Villeneuve-Fumel suivant le scénario de coupes-accroches n°2, qui implique une mise de fonds de 4,6 millions d'€ pour la réorganisation de la gare de Penne d'Agenais et d'évoluer ensuite vers une exploitation suivant les scénarios 1-B et 3 en ayant soin de négocier avec RFF la mise en place du BAPRS  entre Monsempron Libos et Agen avec une nouvelle clef de répartition des montants entre Périgueux-Agen et Penne-Villeneuve.

4) Le fret ferroviaire oublié du projet :
La page 15 trafic fret de l'étude indique : " aucun sillon fret n'est prévu sur l'axe Périgueux-Agen à l'horizon du cadencement 2012. L'insertion de sillons pour les trains de fret sur le tronçon Villeneuve sur Lot - Agen ne sera pris en compte. "

Le CODELIAPP s'élève contre ce choix contraire au Grenelle de l'environnement et à la volonté du SRIT Aquitaine de reconquête du train sur la route. Il demande au contraire d'intégrer dans le projet de réouverture la possibilité de transporter du fret ferroviaire.

En conclusion, Monsieur le Président, le CODELIAPP souhaite que le projet de réouverture se fasse en tenant compte des besoins du fumélois, réouverture de Monsempron-Libos - Fumel, avec une gare de Villeneuve située au plus près du centre ville (gare historique), et que le projet tienne compte de nos observations sur les passages à niveau et sur la signalisation de manière que le projet n'excède pas les 40 millions d'€. Cette réouverture doit permettre l'accélération de la modernisation de la ligne Limoges-Agen, ligne des 2 gares TGV. Nous avons rappelé à Monsieur ESPANOL, Conseiller Régional chargé des gares, notre inquiétude sur le devenir de la section de ligne Siorac-en-Périgord - Monsempron-Libos de la ligne Périgueux-Agen. En effet de nombreuses traverses sont très âgées, et si leurs remplacements ne sont pas programmés, nous risquons de voir cette portion de ligne affectée par de nombreux ralentissements.


Vous remerciant de l'écoute que vous pourrez apporter à notre courrier, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos sentiments les plus respectueux.

                                                                                            Le Président du CODELIAPP                                                       
                                                                                            Signé :    Serge FRESQUET

Extrait SUD OUEST du 20 fevr 2013 

Le choix de la route fait dérailler le chemin de fer
Le dossier de réouverture de la ligne Villeneuve-Penne-d'Agenais inscrite au schéma régional pour 2014 s'est refermé. La crise et le coût du projet sont mis en cause.
Les 8 kilomètres de la ligne Villeneuve-Penne ne connaîtront pas une nouvelle vie. (Photo archives " so ")

Le serpent de mer s'en est retourné à ses profondeurs abyssales, là où ont sombré les épaves des projets coulés et les promesses oubliées. Au terme du comité de ligne de lundi, la Région, malgré ses engagements initiaux, a enterré les espoirs d'une réouverture de la ligne SNCF Villeneuve-Agen via Penne-d'Agenais. Trop cher. Villeneuve-sur-Lot demeurera donc une sous-préfecture sans gare ni train. L'annonce a soulevé l'indignation des associations militant pour la réouverture de la ligne qui jugent ce revirement comme un " reniement " et " une trahison ", même si depuis un certain temps, les mauvais signaux, délivrés le long des déclarations des uns et des autres, s'intensifiaient.
La Région, qui avait inscrit la réouverture de cette ligne à son schéma des infrastructures de transport (pour un chantier à lancer l'an prochain et une mise en service en 2015) fait donc machine arrière " au regard des difficultés actuelles à mobiliser des financements publics importants pour de tels projets d'infrastructure ", indique la collectivité dans un communiqué. " C'est un crève-cœur ", assure Bernard Uthurry, vice-président en charge des transports à la Région. " Il y a eu des paroles fortes des élus locaux et régionaux en faveur de cette réouverture. Mais nous sommes démunis pour des raisons financières ", indique-t-il.
Patrick Cassany, maire et vice-président du Conseil général, partie prenante dans le dossier, confirme que le contexte actuel a eu raison du projet dont le financement devait être partagé entre le Département, la Région et RFF. " Or, celui-ci nous a indiqué qu'il ne voulait pas suivre. " Cela n'a toutefois pas empêché la Région de voter une enveloppe de 122 millions d'euros pour la réouverture de la ligne Oloron-Bedous qu'elle va financer à elle toute seule… L'altitude pyrénéenne peut-être… " C'est un axe transfrontalier avec une capacité de fret de 3 millions de tonnes. De plus, le projet est soutenable par l'Europe ", précise Bernard Uthurry. Villeneuve-sur-Lot est donc trop loin de l'Espagne...
Patrick Cassany juge cependant que de mobiliser " entre 32 et 51 millions d'euros " pour la restauration de l'infrastructure sans compter " les 5 à 12 millions d'investissement dans le matériel roulant " apparaissait " compliqué " dans le contexte actuel de restriction budgétaire des collectivités. Par ailleurs, le scénario présenté par RFF concernant le déficit d'exploitation - la Région aurait dû s'acquitter de 3,6 millions d'euros de compensations à RFF et à la SNCF - pour 8 km de ligne, et ce, malgré un trafic estimé à 1 000 passagers par jour - est apparu insurmontable aux yeux de la Région. à noter qu'aucune ligne TER en France n'est à ce jour rentable.
Pour faire passer la pilule, la Région et le Département se sont empressés d'annoncer que la ligne TER de bus entre Agen et Villeneuve-sur-Lot passera sous le régime " haut niveau de services ". Pas de minibar mais, explique-t-on, un plus grand confort.
Patrick Cassany au titre de vice-président du Conseil général indique par ailleurs que la Région et le Département sont tombés d'accord pour passer de 12 bus actuels à 25 bus avec une prise en charge toutes les trente minutes. Le tarif changerait également avec un ticket à 2 euros contre 6 euros actuellement. Une mise en service de ce dispositif est espéré début 2014. Ce choix de la route au détriment du fer pose toutefois la question de la rapidité d'un transport qui est tributaire des conditions de circulation. "Le bus offre plus de souplesse en termes de desserte que le train ", insiste Bernard Uthurry. Enfin, la Région ne referme pas totalement le dossier de la réouverture de la ligne Ville-Penne, expliquant qu'il pourrait être réétudié dans le cadre du plan lié à la réalisation de la LGV. On peut en douter. Mais de le dire, cela, ça ne coûte rien à la Région.
Villeneuve-sur-Lot · LGV · Agen ·

Bernard Uthurry

Extrait La DEPECHE du MIDI 20 février 2013.

Villeneuve-sur-Lot. transports : "Les décideurs ont sacrifié l'option train"
En colère, le mot est faible. Les adhérents de l'Association Villeneuvoise des Usagers des Transports sont en colère. Ils le diront de nouveau lors de l'assemblée générale du 16 mars. Et pour montrer toute leur détermination ils pourraient même "saborder" leur association. En attendant ils adressent une lettre ouverte aux élus, exprimant ce mécontentement et, disons-le, cette colère.
"Lundi 18 février les associations d'usagers étaient conviés à prendre connaissance des suites attendues du projet de réouverture de la ligne Villeneuve-Penne-Agen. Contrairement à leurs attentes légitimes et fondées, reposant sur 3 études successives, sur les programmes de réouverture de ligne (Oloron-Bedous, Penne-Villeneuve), inscrits au Schéma Régional pour 2015 et l'unanimité pro-train affichée publiquement par les élus, ce Comité de pilotage a tourné à la mascarade, les décideurs faisant savoir qu'ils avaient sacrifié l'option train au profit...du maintien des bus. Il s'agit là d'un pitoyable retournement de veste, d'un reniement des discours et des engagements électoraux pris par nos élus au travers de leurs nombreuses campagnes électorales. Les associations ne cautionnent absolument pas les mesurettes routières "compensatoires" contraires à leur objectifv de desserte ferroviaire. Plus d'un millier de personnes/jour resteront donc exclues du TER. Les Villeneuvois paient beaucoup d'impôts mais les décideurs persistent à les priver du service public de proximité, moderne, rapide, sécurisé et justifié qu'ils méritent : l'argent (car il existe) non investi dans ce petit projet profitera à d'autres réalisations bien plus voraces en investissement dont Oloron-Bedous (122 millions d'€), intégralement financé par la Région Aquitaine des présqidents Rousset et Uthurry, maire d'Oloron (...) "On nous dit que l'Etat, via les chiffrages forcément surévalués par RFF n'a pas voulu contribuer financièrement au projet, condamnant ainsi sa réalisation. M. Jérôme Cahuzac, élu Villeneuvois et ministre du budget n'était-il pas en bonne place pour obtenir le petit complément de financement ? A moins que, d'un commun accord, M. le Ministre, M. le Président de la Région Aquitaine, les élus locaux et départementaux qaient faitr le choix de la tromperie et de l'immobilisme au détriment des administrés qui leur faisaient confiance.
30 années d'activité associative pour l'espoir de mieux vivre à Villeneuve grâce à un lien ferriviaire de qualité avec l'ensemble des grandes lignes du territoire, volée et anéantie.
Espérons qu'un sursaut de volontarisme et d'honneur politiques pousse les élus et la Région Aquitaine à inscrire cette réouverture de ligne dans le contrat de projets Etat-Région 2014-2020."
La Dépêche du Midi
Villeneuve. Davantage de bus pour compenser l'arrêt du train

25 bus par jour entre Villeneuve et Agen et un trajet à 2 € ?/Photo DDM
La voie n'est toujours pas déclassée entre Penne et Villeneuve. Mais il faudra attendre pour prendre le train. Trop cher en période de crise. L'avenir, c'est… le bus !
Gérard Barrière n'était pas en colère. Pas encore. Mais dans le hall de l'hôtel de ville, hier en début d'après-midi, avant de rencontrer Patrick Cassany, il exprimait pour le moins de l'amertume. Et ce sentiment que les décideurs tournaient le dos au retour du train entre Villeneuve et Penne. "Rien n'est définitif", disait à sa manière Patrick Cassany, "la voie n'est pas déclassée". Il faudra attendre des jours (économiques) meilleurs. Il est vrai qu'en temps de crise, investir entre 32 et 51 millions d'€ (échelle basse et échelle haute) pour remettre les 10 km de voie ferrée en état optimal pourrait paraître démesuré. "Dans le cadre du comité de pilotage sur le projet de réouverture de la ligne, RFF a chiffré à l'attention des collectivités locales la compensation qu'elles devront verser pour combler le manque de recette prévisible sur la ligne". Deux millions d'€ à verser à Réseau ferré de France et 1,6 million d'€ pour la SNCF pour une fréquence de 6 à 8 trains par jour et un nombre de passagers compris entre 800 et 1 000. "Difficile à envisager, ajoute Patrick Cassany, surtout à un moment où les collectivités locales doivent faire des économies partout". La région, le département et l'agglomération villeneuvoise ne ferment aucune porte, "le projet de réouverture reste quant à lui lié à l'horizon de la réalisation du GPSO (Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest) qui offrira de nouvelles opportunités pour améliorer l'offre de dessertes ferroviaires". En attendant cet horizon lointain, les collectivités locales qui comprennent bien la double nécessité de désenclaver et de répondre à la question du coût des carburants qui greffent les budgets des familles se proposent de mettre en place, rapidement, un système de CHNS, Car à haut niveau de services, par étape à partir de 2 014. 25 bus par jour à 2 € le billet…
repères
Le chiffre : 25
bus > Par jour. Entre Villeneuve et Agen au rythme d'un bus toutes les demi-heures.
130 000 passagers par an
Face aux associations de défense qui travaillent depuis plusieurs années sur ce chapitre du retour du train entre Villeneuve et Agen, Patrick Cassany abat une autre carte. "On espère un accord rapide entre la région et le département de Lot-et-Garonne sur ce projet de car à haut niveau de service. Mais surtout sur des choses qui peuvent être rapidement en place comme un cadencement toutes les demi-heures et surtout un tarif unique à 2 € le trajet (au lieu de 6 €)".

Projet Phase 2 EGISRAIL (en tête) 

Scénarios proposés par EGISRAIL.

Proposition de rencontre par la Région Aquitaine 

Le journal de votre député (Jerôme Cahuzac) - extrait 

Projet de réouverture différé a la mise en service de la LGV ......

CODELIAPP
Collectif de Coordination pour la Défense de la Ligne SNCF Agen-Périgueux-Paris
37, rue de Beauséjour 47500 MONSEMPRON LIBOS 
Tel : 05 53 70 05 38

Monsempron-Libos le  25 février 2013

                                                               
Monsieur Alain ROUSSET
Président du Conseil Régional d'Aquitaine
Hôtel de Région. 14 rue François de Sourdis.
33077 BORDEAUX CEDEX

Objet : Réouverture Ligne ferroviaire
Villeneuve-sur-Lot - Penne d'Agenais
Modernisation Agen-Périgueux


Monsieur le Président,

La Région Aquitaine, par l'intermédiaire de son premier vice-président Bernard UTHURRY, nous a reçu le lundi 18 février 2013, pour nous relater les conclusions du comité de pilotage sur la réouverture de la ligne ferroviaire Villeneuve-sur-Lot - Penne d'Agenais, qui venait juste de se tenir.
Nous étions partis, pour le CODELIAPP de Fumel, pour l'AVUT de Villeneuve-sur-Lot, confiants, mais avec une certaine inquiétude. Les uns développaient la nécessité de pouvoir disposer d'un service ferroviaire de qualité pour la desserte de la Sous-Préfecture, les autres rappelaient les promesses affirmées par nos représentants, locaux, départementaux et régionaux.
Rappelez-vous cette journée historique du 22 janvier 2009 lors de l'inauguration de la rénovation de la gare de Monsempron-Libos et du baptême de l'autorail " Ville de Monsempron-Libos " !
Vous même, Pierre CAMANI, Jérôme CAHUZAC, s'étaient engagés devant toute la foule et la presse réunies sur la réouverture de Villeneuve-sur-Lot - Penne d'Agenais dans un vibrant " banco on y va ".
Mais revenons à la matinée du 18 février.
A 11h 40 la réunion débutait. Parmi les présents on notait aux côtés de monsieur UTHURRY, la présence du maire de Villeneuve-sur-Lot, premier vice-président du conseil général, président de la communauté de communes du Grand Villeneuvois, Patrick CASSANY et de la conseillère régionale Marie Françoise BEGHIN.
On nous a présenté un diaporama sur ce projet de réouverture, parsemé de nombreuses erreurs que nous avons relevées (Longueur de la ligne, nombre de passages à niveau, signalisation…).
Et on nous a affirmé que RFF ne participerait pas au financement de cette réouverture.
Le maire de Villeneuve-sur-Lot a confirmé que le département ne souhaitait pas s'engager.
Le financement des études avant-projet (1/3 Etat, 1/3 Région, 1/3 Département) n'étant pas assuré le projet était arrêté et peut-être sera t-il réouvert avec l'arrivée de la LGV sur Agen.
Nous avons bataillé, nous n'avons pas été écoutés. Et pour en rajouter on voulait nous présenter une nouvelle génération d'autobus que l'on pourrait mettre en service cadencé entre Villeneuve et Agen ! Nous avons refusé d'entendre cette proposition qui pour nous était une provocation. Ce n'est pas possible de ne pas appliquer les recommandations du Grenelle de l'environnement ! On est loin des conclusions du SRIT avec la volonté affirmée du report de la route vers le rail et la réouverture de Villeneuve-Penne pour 2014 !
Le CODELIAPP reste convaincu que cette réouverture aurait permis de donner aux villeneuvois un moyen de transport sûr et confortable et aurait conforté la ligne Agen-Périgueux que nous défendons.
Nous avons quitté la réunion dépités et interrogatifs. On peut affirmer que beaucoup de promesses ont été faites sur le dossier Villeneuve-Penne et qu'aucunes n'ont été tenues.
Une affirmation toutefois nous a été donnée sur la volonté affichée par la Région Aquitaine de moderniser la ligne ferroviaire Agen-Périgueux (voie et signalisation). Nous prenons donc acte qu'au prochain contrat de projet Etat/Région 2014-2020 cette ligne sera proposée et retenue.
Nous vous demandons, Monsieur le Président, de revoir votre position sur Villeneuve-Penne et d'inscrire cette réouverture au prochain contrat de projet. Le bassin ferroviaire du villeneuvois mérite d'être desservi par un moyen de transport moderne, sûr et confortable. Vous avez fait beaucoup d'efforts, en tant qu'autorité organisatrice du transport de voyageurs en équipant les lignes ferroviaires d'autorails modernes et nous vous en sommes grées. Avec l'arrivée des TGV la ligne Agen-Périgueux-Limoges doit donc se moderniser pour offrir à la population l'accès à la grande vitesse. Les villeneuvois le méritent aussi. Ce n'est que 8km de voie à mettre en œuvre !
Espérant que nous serons entendus, veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations distinguées.

Le Président du CODELIAPP                                                       
Serge FRESQUET



Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : samedi 25 mars 2017